Tous les articles de

Ghislain Poubangui

Après avoir cherché des années un salon de coiffure sympa pour sa fille aux cheveux frisés, Ghislain ré-invente le concept de salon de coiffure avec Charlotte, son amie de longue date et fonde Maison Bis.

Fondateur et co-gérant de Maison Bis

A l’origine : une histoire cheveuesque

À l’origine de ce projet : une amitié ! Charlotte et moi, nous nous connaissons depuis un certain temps et nous avons partagé tant de conversations amusantes, occupés à refaire le monde, qu’un beau jour nos désirs professionnels ont fini par fusionner. Nous avions chacun des enfants ayant des cheveux dits « texturés » donc le sujet commun qui nous passionnait : le cheveu, évidemment !

Je troque mon costume

Je voulais trouver un autre sens à ma vie. Fini de vendre des produits bancaires bien emballés. Épargne, assurances, crédits... Je troque mon costume pour satisfaire de nouvelles ambitions entrepreneuriales. Je cherchais, depuis des années, un salon de coiffure sympa pour ma fille aux cheveux frisés : « Et si j’ouvrais un salon spécialisé dans les chevelures texturés ? » Oui, mais il manquait un petit quelque chose à cette idée pour qu’elle soit véritablement innovante. Par ailleurs, j’ai appris plus tard que plus d’une française sur 2 a les cheveux bouclés ! Pourtant les salons ne savent toujours pas comment les coiffer. J’ai rejoint alors les bancs d’Audencia et prépare un Mastère Spécialisé® Stratégies Marketing à l’Ere Digitale.

Une thèse décoiffante

Cette idée de salon inspire mon sujet de thèse. Oui, oui, d’ailleurs le titre exhaustif était : « Ré-inventer le concept de salon de coiffure avec Charlotte pour enfin satisfaire la nature capillaire de ma fille bien-aimée en prenant en compte les opportunités du marché́ et contraintes structurelles et subtiles de la création d’entreprise tout en veillant à une stratégie digitale optimale, parce que c’est quand même le sujet du Mastère ». Blague à part, J’ai donc pris tout le temps nécessaire pour explorer l’ouverture d’un nouveau concept de salon de coiffure, quitte à parfois couper les cheveux en quatre.

La bonne idée diplomante

Après des mois d’études, d’analyses et d’échanges plus qu’enrichissants, je tenais enfin la bonne idée. Autant vous dire qu’il a bien été diplômé (ouf !) et que Charlotte y est pour quelque chose. Mastère en poche, c’est le startup Lab d’Audencia qui nous accueille Charlotte et moi pour concrétiser l’idée. Enfin, le projet devient réalité, voici notre espace de co-working de la beauté !

Réservez Click and collect